mardi 14 septembre 2021

Rentrée 2021 Face à des mesures floues et insuffisantes, l’heure est à la mobilisation

L’ombre du Covid-19 plane toujours sur cette rentrée de septembre 2021. Plutôt que mettre sur la table les moyens nécessaires pour rendre cette échéance moins anxiogène, le gouvernement poursuit sa politique de bricolage à moindre coût et d’injonctions contradictoires sur fond de discours autoritaire.
Quoi qu’on puisse penser de la vaccination de masse, il est indéniable que celle-ci a un effet en terme de protection sanitaire. Ainsi, si on prend en compte la situation dans les hôpitaux, huit patient.e.s sur neuf atteint.e.s du covid ne sont pas vacciné.e.s.
La vaccination doit être plus largement accessible – et cela passe notamment par la levée des brevets détenus par des entreprises qui se sont suffisamment enrichies - mais cela ne peut se faire à n’importe quel prix.
Ainsi l’autoritarisme par la menace de licenciement ou de suspension du contrat de travail avec non-versement du salaire et un pass sanitaire renforçant le contrôle des populations et les discriminations dans la vie quotidienne ne sont pas acceptables et doivent être combattus.
L’information favorisant le consentement éclairé et l’accompagnement doivent être privilégiés. De même, il faut se mobiliser fortement pour faire abroger les graves attaques du gouvernement contre le droit du travail.
Enfin si la vaccination constitue un moyen de contenir et de faire reculer la pandémie, elle ne peut tenir lieu à elle seule de politique de santé publique. Pourtant le gouvernement ne ménage pas ses efforts pour nous en persuader. Ainsi cela l’exonère à bon compte de sa responsabilité dans cette crise sanitaire, celle-ci étant liée à la poursuite de la casse du système de santé (moyens notoirement insuffisants pour les hôpitaux, poursuite de la politique de réductions du nombre de lits et de fermetures de services, voire d’établissements, déserts médicaux, protection insuffisante des personnels et des populations).

Pour une véritable politique de santé publique

Dans l’éducation nationale, cette politique libérale est à l’avenant et c’est le flou qui domine.
Le protocole adopté par le ministère est inadapté à l’évolution de la situation sanitaire. Il ne tient pas compte des disparités géographiques liées au fait que le virus frappe de façon différenciée les différents territoires et que la réponse en terme d’application du protocole ne peut être la même partout. Encore une fois communication et affichage prévalent sur une véritable politique de santé publique.
Le port du masque obligatoire à partir de 6 ans et la limitation du brassage des élèves sont reconduits, mais la plupart des mesures (exemple : une salle unique attribuée à chaque classe) relèvent plus de la recommandation. Par ailleurs,

aucun dédoublement n’est prévu ;
le bâti scolaire ne permet pas la distanciation physique ;
aucun capteur de CO2 n’est mis à disposition des établissements pour vérifier le degré d’aération des pièces ;
aucun purificateur d’air n’est installé. Lorsque les fenêtres devront être refermées à l’automne, il est certain que l’aération des salles de classe ne sera plus suffisante.
Aucune politique de tests n’est prévue par le protocole, même en cas de suspicion de cas dans une classe.
Un plan d’urgence, tout de suite !

Il faut également souligner que non seulement aucun moyen supplémentaire n’est prévu pour la médecine scolaire comme pour la médecine de prévention des personnels mais que le ministère poursuit sa politique d’affaiblissement et de casse de ces services.
Enfin il ne répond pas au besoin de recruter des personnels dans tous les domaines, notamment pour garder un maximum de classes ouvertes.
Pour toutes ces raisons, Sud Éducation revendique un plan d’urgence avec notamment :
la réduction des effectifs par classe et donc leur dédoublement ;
un recrutement massif de personnels enseignants et non enseignants ;
la reconstruction de la médecine scolaire et d’une médecine de prévention pour les personnels afin de faire face aux besoins ;
l’acquisition de purificateurs d’air et de masques FFP2 (les plus protecteurs) pour les personnels comme pour les élèves ;
l’équipement de tous les établissements avec des toilettes en nombre suffisant et le recrutement de personnels d’entretien pour qu’elles soient correctement tenues.

Obtenir de telles mesures passe par une mobilisation forte des personnels, des parents d’élèves et d’élèves qui méritent autre chose que ce système de maltraitance généralisé. C’est pourquoi nous appelons les personnels à débattre des revendications et des moyens d’action à mettre en œuvre partout dès la rentrée en tenant des assemblées générales et en associant le plus possible les parents d’élèves afin de se donner les moyens d’être entendu.e.s.

La journée de grève et d’action du 23 septembre doit ouvrir la possibilité de populariser les revendications des personnels et de fédérer toutes les initiatives prises depuis la rentrée. Ne constituant aucunement une fin en soi, elle doit permettre de les rendre visibles et constituer un tremplin pour une action plus résolue et durable.


Actualités syndicales aveyronnaises

jeudi 16 septembre 2021

Néo-titulaires : toutes les primes et aides auxquelles vous avez droit  !

Vous venez d’être titularisé·e à la rentrée, vous avez droit à plusieurs aides ou primes. De la prime d’entrée dans le métier aux aides au logement : n’hésitez pas à faire les démarches pour les obtenir et à contacter le syndicat SUD éducation de votre département pour qu’il vous accompagne dans vos démarches (...)

jeudi 16 septembre 2021

L’école, à Marseille comme ailleurs, nécessite une toute autre ambition

Alors que la communauté éducative marseillaise attendait des annonces ambitieuses pour ses écoles délabrées, le président de la République a annoncé comme mesure phare le « choix » des enseignant·es par les directeurs et directrices d’école. Cette mesure, totalement inappropriée et présentée comme une (...)

mardi 14 septembre 2021

Jeudi 23 Septembre Esplanade des Ruthènes à Rodez à partir de 14H puis manifestation

Pour un plan d’urgence dans l’éducation, pour les postes, les salaires, l’amélioration des conditions de travail.

lundi 13 septembre 2021

Rentrée 2021 Face à des mesures floues et insuffisantes, l’heure est à la mobilisation

L’ombre du Covid-19 plane toujours sur cette rentrée de septembre 2021. Plutôt que mettre sur la table les moyens nécessaires pour rendre cette échéance moins anxiogène, le gouvernement poursuit sa politique de bricolage à moindre coût et d’injonctions contradictoires sur fond de discours autoritaire. (...)

Agenda syndical aveyronnais

<<

2021

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois