Menace sur le site BOSCH de Rodez et ses 1200 emplois

vendredi 20 novembre 2020

Le jeudi 5 et mardi 10 novembre se sont tenus un CSE sur site et un CSE Central pour évoquer les orientations stratégiques de BOSCH en France pour les prochaines années.

La situation du l’usine de Rodez est apparue plus compliquée que jamais, dans un contexte rendu très difficile par l’effondrement du marché des véhicules diesel et par un désengagement du Groupe à amener de nouvelles activités sur notre site. Avec la crise sanitaire actuelle, les dirigeants allemands ont annoncé la volonté de mener une campagne de réduction drastique des coûts, des investissements et des effectifs. Pour la première fois, il a été évoqué une réflexion sur l’éventualité d’une fermeture définitive du site ruthénois.

Faut-il rappeler la destruction d’emplois que subit notre site depuis 15 ans malgré les aides perçues tous les ans par l’intermédiaire du CICE ? En2005 plus de 2300 salariés, à ce jour 1200 avec une projection de moins de 800 pour 2022.

Aujourd’hui les décisions annoncées par le gouvernement continuent à détruire le marché Diesel en France. Suite à une demande du Ministère de l’Economie et de l’Industrie une étude a été lancée sur les émissions des véhicules thermiques mi 2019.Depuis plus d’un an nous sommes toujours dans l’attente de ces résultats. Ces conclusions desserviraient-elles la Ministre de la Transition Ecologique,Mme Pompili,qui ne cessent de tenir une communication Anti-Diesel depuis sa mise en place au gouvernement ?

Ce même gouvernement continue à aider les différents constructeurs (RSA, PSA) à coups de milliards d’Euros sans aucune contrepartie de faire travailler les différents équipementiers implantés en France.Un peu de patriotisme serait le bienvenu pour l’industrie française en perte de vitesse depuis plus de 20 ans.

Avec l’arrivée de nouvelles technologies, le groupe BOSCH France continue à obtenir de grosses parts de marché avec ces constructeurs français sans que les sites de l’hexagone ne profitent de cette industrialisation. Seuls les sites allemands et des pays Low-costs en bénéficient.Depuis plusieurs années SUD a demandé à la direction de se positionner sur certains produits tant dans le Diesel (avec les nouvelles générations d’injecteurs) que dans l’essence qui voit cette technologie s’associer aux véhicules hybrides avec un marché porteur dès aujourd’hui et pour les années futures. A toutes ces demandes c’est un NON catégorique du Groupe. Au jour d’aujourd’hui nos dirigeants ne souhaitent plus attribuer de nouveaux projets industriels pour Rodez. Un seul message a été donné aux salariés : "Si le Diesel meurt, vous mourrez avec !!! A vous de vous diversifier et de chercher de nouvelles activités pour survivre". A ce jour, cette recherche de diversification menée depuis plus de 3 ans est un échec avec seulement 40 emplois de créés sur les 300 promis.

Alors oui ! Le site de Rodez et ses 1200 emplois sont menacés.

Suite à l’annonce de la fermeture du site de Bridgestone à Béthune entrainant la mort de 863 emplois, Madame La Ministre déléguée à l’Industrie Agnés Pannier-Runacher a communiqué sur le fait que quand un dossier comme celui-ci est connu bien en amont alors les solutions sont trouvées. Nous lui rappelons que la situation de notre site est sur son bureau depuis maintenant plus de 2 ans et qu’aujourd’hui notre usine est menacée à court terme.

Suite à ces annonces le syndicat SUD souhaite qu’une rencontre se tienne rapidement avec les dirigeants allemands pour clarifier la situation du site pour les années à venir. 1200 emplois et la survie d’un territoire sont en jeu !


Agenda syndical aveyronnais

<<

2021

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois