Lettre ouverte au député Stéphane Mazars

samedi 12 août 2017

Monsieur le Député,

Une Assemblée générale de citoyens et citoyennes s’est réunie à l’occasion d’une soirée-débat initiée par la Coordination Front Social Aveyron Terre de Lutte. Elle a souhaité, à l’unanimité, vous interpeller suite à votre vote du 13 juillet sur la loi d’habilitation qui donne au nouveau gouvernement les pleins pouvoirs pour légiférer par ordonnances.

Vous avez été élu pour nous représenter au Parlement et nous sommes choqué-es que vous renonciez à vos fonctions qui sont de discuter, d’amender, de débattre avec le Sénat et de voter les lois. Les dispositions de la nouvelle Loi Travail nous semblent être suffisamment alarmantes pour être largement et « démocratiquement » débattues.

Les nouvelles dispositions risquent de diminuer les droits des salarié-es, de dégrader leurs conditions de travail, tandis que tous les moyens pourraient être donnés au patronat : modification possible des salaires et des conditions de travail, voire du contrat de travail lui-même au niveau de l’entreprise, plafonnement imposé des indemnités prud’homales suite à un licenciement abusif. Les institutions représentatives du personnel semblent vouloir être remises en cause par la fusion programmée des instances. La santé et les conditions de travail pourraient être les grands perdants avec la disparition du CHSCT.

Il est utile de rappeler que derrière l’apparente victoire écrasante d’Emmanuel Macron face à Marine Le Pen, se cache un taux d’abstention record. De plus, les différentes natures du vote en faveur de M. Macron (notamment vote « barrage », vote « par défaut ») sont loin de lui donner une légitimité pour violer ainsi la représentation nationale, représentation que vous constituez. Il devrait donc être de votre devoir d’initier les débats, de les nourrir, et de prendre position avec discernement, dans le respect de l’intérêt général des Français. Ce serait cela, nous semble-t-il, le véritable signe de renouveau politique auquel vous appelez de vos vœux.

D’après nos informations, un député toucherait 12000 euros mensuels bruts d’indemnités et de frais de représentation de mandat. Comment pouvez-vous, Monsieur le Député, justifier un tel salaire alors que, par la loi d’habilitation, vous abdiquez vos prérogatives ? Nous espérons que vous aurez à cœur de nous expliciter votre démarche et nous vous remercions, par avance, de vos éclaircissements.

Cordialement

L’Assemblée générale de citoyens et citoyennes réunie le 24 juillet par la Coordination Front Social Aveyron Terre de Lutte


Agenda syndical aveyronnais

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois